mardi 22 mai 2018

La vie en rose !


Ces quatre rosés n'étaient pas faits pour se rencontrer un jour. Il se trouve qu'ils se sont tous retrouvés jeudi après-midi sur l'étagère de mon "studio photo". Comme les 3/4 étaient des p'tits nouveaux, il était tout de même préférable que je fasse connaissance avec eux. Après la séance shooting, il y a eu donc une séquence débouchage suivie d'une studieuse dégustation. Même s'il n'y a pas de grosses différences de couleur, on peut dire que les quatre présentent des profils dissemblables. Certains plus frais, d'autres plus puissants. Un voyage pas inintéressant, même si je ne serai jamais un fondu de rosés... 


Viña Temprana 2017 (4.50 €)

Cépage Grenache noir 

La robe est rose très très pâle. 

Le nez est expressif, sur la framboise et la pêche blanche, avec une touche d'épices et une pointe amylique. 

La bouche fraîche, citronnée, impeccablement tendue, évoquerait plus un vin blanc ligérien qu'un rosé espagnol s'il n'y avait pas ces notes épicées qui vous ramènent au pays de la paella. 

La finale est savoureuse, avec de la niaque, mêlant les petits fruits rouge au pamplemousse. Très sympa !




Cépages Grenache noir et Grenache blanc 

La robe est rose très pâle, dans un style "vin gris".  

Le nez est dominé par les petits fruits rouges bien mûrs, avec une pointe de sucre d'orge et une pincée d'épices. 

La bouche est ronde, fraîche, croquante, avec une matière finement charnue au toucher soyeux. Les fruits cèdent la place aux épices. 

Cela se confime dans une finale nette, mêlant subtilement amertume et astringence. Ce sont les amers (évoquant l'écorce de pomelo) qui finissent par l'emporter, soulignés par des notes poivrées. 


L'Ambigu 2017 (9.80 €)

Cépages Syrah, Mourvèdre et Cinsault 

La robe est rose "melon" pâle, évoquant certaines roses anciennes.  

Le nez est assez classique pour un rosé, sur les fameuses notes amyliques de "bonbon anglais". Il y a aussi de la pomme Granny, quelques épices (poivre, surtout). 

La bouche est longiligne, très fraîche, avec une sacrée tension. Le tout est enrobé par une matière ronde, friande, savoureuse. 

La finale intense prolonge cette tension sans à-coup, dominée par la bigarade et des épices en pagaille. 


Rosé  Bonnardot (14.90 €)

Cépage Pinot noir
La robe est  saumon clair, très légèrement trouble. 

Le nez est plutôt discret et réduit, avec une dominante des notes fumées. Avec l'aération, on perçoit  le zeste d'agrume et la bière blanche (dans son côté froment). 

La bouche est ronde et charnue, étonnamment dense, faisant plus penser à un vin orange ou rouge. L'ensemble est frais et équilibré, finement tendu, dominé par l'écorce d'orange. 

Cette dernière est encore plus marquée dans l'énergique finale, renforcée par les épices et les fruits rouges. Et toujours une évocation de la bière (mais Gueuse Lambic, cette fois-ci).